Actualités

- Le Réseau Cocagne signataire de l’ACCORD CADRE PIC IAE

Le Réseau Cocagne signataire de l’ACCORD CADRE PIC IAE

Dans le cadre du Plan Développement des Compétences, l’Etat s’engage à prévoir un financement spécifique pour la formation des salarié-e-s de l’IAE. Une enveloppe de 40 millions par an, de 2019  à 2022 plus 20 Millions pour 2018, viendra en complément des financements existants et des différentes convention Etat-Régions. Les réseaux de L’IAE ainsi que tous les OPCA et Pôle Emploi ont été appelés par la DGFEP à co-signer un accord cadre qui a l’ambition d’impulser des dynamiques au bénéfice des salarié-e-s des SIAE et des perspectives de coopération et de développement de l’emploi sur les territoires.

Les représentants de tous les réseaux de l’IAE étaient présents ce lundi 28 mars dans la prestigieuse Salle des Accords du Ministère du Travail, à coté de Pôle Emploi et des principaux OPCA. La présidente du CNIAE, Christiane Demontes, La Haute Commissaire à la Transformation des Compétences, Estelle Sauvat, la Délégué Générale à l’emploi et à la formation professionnelle Carine Chevrier ainsi que Jean Marc Borello étaient également présentes et se sont exprimés soulignant l’importance quasi historique de cet accord. Selon la ministre Muriel Pénicaud « l’accord que nous signons aujourd’hui avec les grands réseaux de l’Insertion par l’Activité Économique et les OPCA, renforce la capacité d’innovation et la mobilisation de tous. Collectivement, par la formation de ceux qui en ont le plus besoin, donnons-nous les moyens d’agir pour que la croissance devienne une chance pour tous. »

La ministre a rappelé les trois leviers de la stratégie contre le chômage de masse : le dialogue social (via les ordonnances travail), la refonte de la formation professionnelle (stratégie compétences) et « l’inclusion sociale ». il serait en effet pour elle dangereux qu’en temps de reprise économique, des personnes restent « inemployables » et que la puissance publique ne fasse rien pour elles. En ce sens, « on a absolument besoin d’un secteur IAE fort » qui – grâce à cet accord – permette de former les personnes aux compétences recherchées « qui ne sont pas toutes de haute qualification ». Il y a là, pour l’IAE, un enjeu de GPEC en lien avec les métiers en tension. Muriel Pénicaud a souhaité que son ministère réfléchisse sur la consolidation des modèles économiques de l’IAE, sur 4 ans, dans la durée afin de « conserver la capacité d’innovation du secteur ».

IMG_6727

Julien Adda, directeur, a signé cet accord par délégation pour le Réseau Cocagne avec la ferme intention de tout mettre en œuvre pour que les 4000 personnes en CDDI au sein du réseau puissent accéder aux formations dont elles ont besoin de façon simple et efficace. De nouveaux contacts vont être pris avec le FAFSEA, OPCA de référence très  désireux d’avancer, ainsi que la mise en œuvre du projet de GPEC territoriale avec des territoires pilotes Cocagne.

Texte de l’accord

Contribution du Réseau Cocagne